Instagram : face fake et fausse popularité.

On me demande souvent, ça fait quoi d’être entourée de réseaux sociaux. D’y passer son quotidien, de naviguer les internets à chercher les nouveaux trends sur quoi jaser. À force de ne plus compter les heures passées sur la toile, j’avoue qu’on s’y perds facilement. J’peux t’avouer autre chose. On y rit un bon coup. De plus en plus, je vois des choses pis je me dis ;

BEN LÔ! T’une joke pis quelqu’un vô me’l dire.

Pis finalement, personne sort d’un coin de la pièce en me disant JOKEEEE! et la réalité poursuit son train train. Sur quoi j’essaie de mettre le doigt ? INSTAGRAM ET SON CIRQUE. Yes la gang!

Depuis que j’ai un iPhone entre les mains, j’ai l’application. Je mentirai pas, j’adore Instagram. Ça m’fait découvrir une multitude de choses. Des petits cafés mignons de Montréal au mamelon dénudé de Kendall Jenner pour Coachella, jusqu’aux plus beaux appartements finement décorés à ces outfits impeccablement et copieusement soignés. Je serais vraiment lamentable de dire que j’aime pas ça. Oui j’aime ça. Ça me divertie, ça me donne une grosse dose de culture pop et ça m’inspire pour plusieurs projets. Depuis que j’ai Instagram, j’ai découvert des plats délicieux que j’ai cuisiné à la maison puisque ça avait l’air si facile dans le quotidien des autres, j’ai porté un intérêt au yoga, chose qui me semblait inintéressante autrefois, j’ai ouvert mon horizon sur de nouveaux auteurs qui m’ont semblé forts intéressants, simplement en côtoyant leurs galeries photos. Pis là, vous me direz ;

ben lô, pourquoi donc t’en fais un article avec un titre assez négatif de même?

Ben la raison est simple. Ça me fait capoter à quel point c’est facile de se laisser emporter dans cette grosse machine là. Instagram c’tun beau miroir de comparaison. Répétez-vous la scène de Blanche-Neige, oui oui ” miroir miroir, dis-moi qui est la plus belle ” en y ajoutant une bunch de filles qui ont confiance en elles, versus d’autres qui ont un peu plus de difficulté avec la self-confidence, et vous aurez comme résultat, un sacré beau gâchis.  Pourquoi? Parce que c’est rendu vraiment banal de modifier des photos, parce que la fille que ton amie suit est plus chix que toi sur telles photos et qu’à l’a donc ben plus de LIKES. Et là j’te parle pas de savoir user de logique quand t’as la peau rouge en mettant une belle photo #blackandwhite ou encore d’utiliser le petit filter Valencia parce que t’as l’air d’avoir pris assez de soleil pour camoufler que t’es verte due à tes examens finaux, non j’te parle pas de ça. J’te parle des modifications comme Facetune. Celles qui font pas juste te donner du teint ou te blanchir les dents, j’te parle de celles qui t’amincissent la taille, le nez, pis qui t’amincissent pas mal l’estime de soi, tant qu’à moi. Depuis quand, c’est nécessaire de se blender la face comme si t’avais eu une date avec un magic bullet pis la dernière poudre compacte de Lancôme?
Depuis quand c’est correct de toujours utiliser le filtre snapchat qui te donne un air de Sailormoon alors que t’es hangover pis que t’as le teint gris. On se bat, de jour en jour pour être bien dans notre peau. On se donne à fond, pour être solidaires en tant que femmes et filles, pour s’épauler, se complimenter, accepter que nous sommes toutes différentes, et s’aimer. Faque dans le fond, le #girlpower, le #gurlsquad et tout les autres mouvements positifs qu’il fait donc beau et bien de prôner, c’est FAKE?

13091550_10154188319533338_286548994_o
Avec le fameux filtre snapchat vs. sans le filtre
13090668_10154188319563338_1085072508_o
Utilisation de facetune sur la même image – double menton plutôt discret oui oui

 

On peut tu parler des set up aussi. C’est vraiment drôle mais quand c’est rendu que t’es qualifiable pour la prochaine oeuvre du cirque du soleil tellement tu prends tous les angles possibles pour tes photos de bouffe, slack d’un tour pis prends une bouchée.
Même chose pour les photos de café et de thé, j’sais pas pour vous, je mets ça cute  et je capture rapidement, puis, je le bois. Le but, c’est de le consommer chaud, n’oublions pas.

Appart les modifications de pixels, une autre chose de marrante sur mon application préf, c’est la soudaine popularité de certaines et certains. On suit une fille pour son look impeccable, puis tout d’un coup, boom, elle devient Miss Populaire du jour au lendemain. En gros, pour celles qui ignorent le phénomène, je parle ici d’acheter ses followers. Oui oui, si vous êtes comme moi, vos parents vous ont bien dis de mettre votre argent de poche à bonne place, c’est à dire ” din belles guenilles pis din sushis “.
À c’que je peux voir, cette notion n’a pas été prise en considération par tout le monde.
C’qui est bien, c’est que c’est vraiment impressionnant de voir un compte Instagram passé de 2 500 abonnés à 16 000, tellement qu’on dirait que ces gens là se tiennent à Poudlard. Ça apparait comme par magie. Pourquoi j’pointe ça du doigt, parce que c’est tout simplement de la fraude. Pleins de gens, blogueurs plus particulièrement, travaillent d’arrache-pied, afin d’obtenir des collaborations qui valent la peine. Ces gens là, ont mis des années, à définir leur style, à définir ce qu’ils désiraient projeter comme image. Puis ces imposteurs, viennent simplement entrer par la porte de derrière, se pavanant devant tous, avec ces petits mensonges affichés, qui leur apporteront le même bénéfice que les gens qui ont mis passion et temps dans leurs projets. C’est triste et même d’une froide banalité. C’qui est drôle, c’est surtout quand les gens qui sont acheteurs de fausse popularité, pensent qu’ils sont experts du camouflage. C’est sure que ça passe bien 1,300 likes sur une photo quand tout les comptes ayant aimé l’image se nomment @getyourfollowers @followforfollow @livinthefollowingdream .

J’dois être sur le bord d’être dans ma semaine, j’avais du ralâge à faire.
Sur ce, j’vais aller photoshoper mon âme.
Pis oui, j’ai mis un filtre noir et blanc pour que mes rougeurs paraissent moins, après le blendage. Bye.13023564_10154188315238338_723783704_n
signature

Comments

comments