Sans titre.

” A post sa bouffe, sa face pis son body en sous-vêtements, c’te fille là, c’est clairement pas un mystère. ” C’est drôle, quand tu donnes un peu accès à ta vie, les gens pensent tout savoir. Des dieux de la connaissance suprême. C’monde là, ça a un opinion sur tout, toujours, pis sont prêts à t’voir te casser la gueule, juste pour dire qu’ils étaient présents là, sur place, au moment où ct’arrivé. Ils sont certains de savoir qui t’es, de fond en comble. Dernièrement, après avoir discuté avec une abonnée, une pure inconnue, à travers un DM où elle se confiait à moi, j’ai réfléchi un peu sur la nature de mes activités sur les internets.

On consomme du médias sociaux à la tonne. On voit de tout, et on absorbe ce qu’on veut. J’crois être assez bien placé pour parler. J’adore l’interaction, la communication et j’en ai fait mon gagne-pain. Quand j’ai commencé à faire ça, y’a près de 5 ans, j’étais loin de me douter que ça allait prendre une si grosse partie de ma vie, de mon temps. J’aimais écrire, partager des trucs. Puis des étrangers ont commencés à s’intéresser un peu à ce gros brouillon de mes pensées, de mes endroits favoris, de mes petits kits du jour. Certaines de ces personnes y sont toujours encore, d’autre ont abandonnés le navire. J’ai réalisé très récemment que ma relation avec ces pages-ci, s’était modifiée en cours de route. J’étais à l’époque une jeune fille de 19 ans, avec un caractère intouchable, une joie de vivre immanquable, une carapace indestructible. J’avais un amour pour ce blog, comme s’il était un pont entre vous et moi. J’étais une jeune fille qui parlait de ce qu’elle voulait, quand elle le voulait. Pis à voix haute, j’pouvais crier ces mots là, c’était ma place, ma commune. Chose qui n’a pas changé aujourd’hui. Je l’aime toujours autant, mais d’une autre façon. J’ai trouvé dans ces pages virtuelles, un endroit où il m’était facile de parler. Un endroit rempli de petits coins, là où moi seule connaissait les meilleurs spots pour m’y cacher. J’ai décroché ma carapace de fille forte, et j’ai glissé mes pensées sur ces textes qui étaient simplement destinés à vider mon esprit parfois embêté. Maintenant, ce n’est plus un pont. J’ai l’impression que c’est un journal intime, et que vous êtes autorisés à y être témoins de c’qui s’y trouve. J’ai l’impression que parfois, je manque à trouver les bons mots dans la réalité, alors qu’ici, ils sont juste là, à portée de main. J’ai l’impression qu’ici, c’est le meilleur endroit pour tout lâcher,  sans avoir à écoper de la réaction provenant de ces écrits là. Je sais, c’est presque faire l’autruche.

La vie ne trace pas le même chemin pour tout le monde. Bien malgré moi, je ne peux m’empêcher d’être reconnaissante de la tournure dont a prit le mien. J’ai travaillé fort pour en arriver là, et j’en suis fière. Cependant, j’ai vécu des choses qui auraient pu m’arrêter, j’ai eu du mal à me relever, mais j’suis toujours là. À travers ces choses là, j’ai toujours gardé la tête sortie de l’eau, parce que j’avais quelque chose à quoi m’accrocher. J’avais ça, ici. Vous vous direz peut-être que ça sonne dramatique, ou encore même que ça semble hypocrite de partager juste le bon. C’est pas juste le bon qui est mit à l’avant. C’est l’ensemble de la personne que je suis. C’est les belles journées d’été, tout comme les soirées seules à se sentir ravagée. C’est les anniversaires festifs, comme les échecs professionnels. C’est là qu’il est important de se rappeler que derrière chaque personne qui vous offre une ouverture sur elle-même, se cache peut-être des histoires dont vous ne connaissez rien. Mélangez le tout à plusieurs moments heureux, un joli sourire et une luminosité incroyable, voilà de quoi tous vous bernez avec un portrait à liker.

Laissez de côté les jugements, laissez de côté les mauvaises habitudes. Tentez de voir plus que c’qui vous est visible à la surface. Changez de mentalité face à des choses dont vous ne comprenez pas totalement le fonctionnement. Vous serez probablement surpris. Même si c’est de l’internet, c’est du vrai monde qui s’y réfugient pas loin.

signature

Comments

comments