À toi, petite jeunesse.

À moi, sur cette photo là.

T’as 18 ans, peut-être 19. Y’a tellement d’choses que j’aurais aimé t’dire. De pas t’prendre la tête pour des ostis de niaiseries de même. De pas essayer d’être plus que ce que t’es déjà. De faire c’qui te plaisais quand ça t’tentais. De vivre un peu plus aussi.

Y’a beaucoup de fois, où tu t’es laissé pilé d’sus. Pis c’est surement la chose que j’trouve le plus regrettable. T’aurais due plus tenir tête, t’aurais due répondre plus quand on t’disais de quoi qui n’avait pas de sens. T’aurais due crisser toute là, une coupe de fois. Par contre, pour d’autres choses t’es restée. Pis pour ça, j’te lève mon chapeau. Je sais pas comment tu y es arrivé.

Tu l’as pas toujours eu facile. T’as eu des petits bouts ruff, pis à cette époque là, j’me souviens très bien que si t’avais su c’qui s’en venait, t’en aurais probablement ris au lieu d’te prendre la tête avec les petits dramas comme ça.

Y’a aussi des moments qui sont passés trop rapidement. Probablement qu’à ct’âge là, tu t’en rendais pas tellement compte. Les jours s’écoulaient, les petits souvenirs précieux passaient. C’est fou, mais j’te l’dis, dans quelques années, tu vas t’surprendre à passer des soirées à contempler les vieux albums photos uploadé sur Facebook, résultats des nombreux partés de garage où t’as eu tant de plaisir.

Y’a beaucoup de choses que t’aurais du savoir plus tôt, j’imagine que tu aurais été plus forte, plus alerte. Mais saches, j’suis fière de toi.

Toi, petite jeunesse, tu m’as rendue une femme plus forte. Tu m’as rendue ouverte à beaucoup d’opportunités, d’idées et c’est grâce à ça que j’en suis rendue où j’en suis.

Les jeunes, prenez soin de vivre pleinement.
Les femmes, remerciez celles que vous étiez et qui vous ont mené à être celles que vous êtes.

Comments

comments